Les anecdotes dans l'horlogerie

anecdotes, histoires et humour dans l'horlogerie
(Les faits relatés ici sont authentiques !)

pendules anciennes, cartels, horloges de collection, Antique Clocks - Pendulantic, vente conservation et restauration

Antique Clocks - Pendulantic Christian Loutz sur Facebook-Antique Clocks Pendulantic Christian Loutz sur Google +-Antique Clocks - Pendulantic sur Linkedin


Sommaire :

cliquez sur un titre !


HOME


Voici un court document nous permettant de mieux connaître
la façon de vivre de nos ancêtres passionnés d'horlogerie

 

La lanterne

(Tiré du journal de Henri Béguin, 1865)

En italique : Nos commentaires ou explications.

19 octobre 1865

J'ai couché cette nuit à La Chaux-de-Fonds, à l'auberge de l'Aigle en compagnie d'A. Monnet. Ce matin, j'ai acheté définitivement une pendule, elle m'a coûté 190.- Frs, non compris les frais des différentes démarches que j'ai dû faire pour cet achat. Je L'ai emportée sur mes bras comme un enfant depuis La Chaux-de-fonds à La Côte aux Fées (presque 50Km à pied). Depuis Les Verrières, j'eus beaucoup de peine : la nuit était sombre, le vent soufflait des tourbillons de pluie et j'étais fatigué de ma charge. Je parvins cependant à la Prise sans accident et j'y couchai.

 Pendule neuchâteloise "grande sonnerie" dans sa lanterne

Pendule Neuchâteloise
 à guichet, dans sa
 LANTERNE

9 décembre 1865

Rien de bien intéressant. Elise m'a donné une alliance il y a quelques jours. La lanterne (vitrine pour pendules) de ma pendule n'est pas encore venue, je m'impatiente.

30 décembre 1865

Je pars pour la chaux-de-Fonds ce matin, chercher ma lanterne de pendule.

1er Janvier 1866

Je suis descendu de la Chaux-de-Fonds hier au soir avec la lanterne en question qui, pendant le trajet en chemin de fer, a eu 3 vitres brisées, y compris la grande. M. Monnet a été charmant avec moi. J'ai passé la soirée du samedi avec lui et le dimanche matin, il m'a accompagné à Noiraigue. Nous avons fait ce voyage à pied, en passant par La Sagne. (env. 27km)

RETOUR


 

Ferdinand Berthoud et la bétaillère

Histoire vécue au début de l'année 2000 !

J’ai été mandaté par un de mes clients collectionneur pour expertiser, en Angleterre, une splendide et très rare pendule de parquet à équation* (voir commentaire ci-dessous) signée de Ferdinand Berthoud et valant plus de CHF 200'000.- (env. 130'000.- USD)

Avant tout, vous devez savoir que mon client (que j’appellerai Bill) aime beaucoup son épouse, mais aussi les chevaux, l’horlogerie, les objets d'art etc. De plus, il est doté d'un grand sens de l’humour.

Le contexte :

Après expertise, l’achat de cette prestigieuse pendule de collection a été décidé et négocié. Comme nous nous étions déplacés en avion, il était impossible de prendre cette horloge avec nous. Bill a donc décidé de retourner en voiture en Angleterre pour s’occuper lui-même du transport jusqu’à sa maison en France.

Quelques jours après cette décision, je reçois un appel de sa part dont voici le contenu :

régulateur à équation signé de Ferdinand Berthoud

 

Bill : "Je vais être ennuyé avec cette pendule, elle est trop longue de 5 cm pour entrer dans le break de ma femme !"

J.Duvoisin : "Et si vous rabattiez au maximum le siège du passager avant, est-ce que ça n’irait pas ?"

Bill : "Non, car je n’ai pas envie de voyager seul. Mon épouse vient avec moi, impossible donc d'avancer le siège davantage. Je crois que je vais prendre une remorque-bétaillère"  (N’oubliez pas que mon client a des chevaux !)

J.Duvoisin (en riant) :"Si Ferdinand Berthoud voyait cela, il serait étonné de voir qu’à l’aube du 3ème millénaire on transporte un objet de sa fabrication et d’une telle valeur dans une bétaillère !"

Bill : "Vous êtes pas un peu fou, la bétaillère, c’est pour ma femme ! ! !"

J.Duvoisin : (rires aux larmes)

Merci Bill, c’est aussi grâce à des gens comme vous que la vie est belle et que notre métier devient véritablement passionnant

Jacques Duvoisin

*Pendule à équation : L'équation du temps est la différence entre le temps moyen et le temps vrai.

 

RETOUR


 

 

Lettre d'un client heureux, reçue le 1er avril 1969 par le père de Jacques, Paul Duvoisin.

Bôle le 1 avril 1969

Cher Monsieur,

Laissez-moi le plaisir de vous remercier d'avoir redonné vie à ma vieille pendule. J'ai 82 ans et c'est une ancienne compagne. Je l'ai achetée en 1932 à la foire aux puces à Besançon. Elle était en marche. Je l'ai surveillée au moins dix minutes pensant que la femme qui la vendait donnait de temps en temps un coup au balancier! M'étant rendu compte du contraire, je me suis avancé. Elle en voulait Frs 35.- (français). Je l'ai marchandée, comme il se doit, et l'ai obtenue pour Frs 28.- plus 1kg (litre) de rouge, mais à 14 sous, pas à douze précisa-t-elle. La pendule m'est revenue, le change était à 12.-, à Frs 3.40 suisses. Elle est entrée en douce, j'ai par contre dû payer Frs 9.40 pour la caisse à la douane. Un de mes amis l'a vernie faux bois, la caisse, pas la douane, et depuis ce jour (1932) elle a marché à la perfection.

C'est donc comme si vous aviez ressuscité une vieille bonne amie, encore merci beaucoup !

Agréez, cher Monsieur, mes salutations cordiales.

 

RETOUR


[les pendules en vente] [les trouvailles] [l'entreprise Pendulantic] [les nouveautés] [les liens]
[exemple de restauration] [le portrait de l'artisan]
[outils] [pendules volées]

HOME